Plan Maladies Neuro Dégénératives

annonce du 18 novembre 2014
samedi 21 février 2015
par  FA49

 Le 21 septembre 2012, François Hollande annonçait le lancement d’un nouveau plan Alzheimer étendu aux autres maladies neurodégénératives. Depuis, et pendant deux longues années ponctuées par des annonces non suivies d’effets, des retours en arrière et des retards de calendrier, les familles confrontées quotidiennement à la maladie sur le terrain restent dans l’attente d’une traduction dans les faits de cette déclaration. France Alzheimer et maladies apparentées se réjouit donc qu’un nouveau plan de santé publique pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer voit enfin le jour et mette ainsi fin à un parcours interminable pour les familles.  

Elle se réjouit également que l’expérience apportée par les Plans Alzheimer successifs, et particulièrement le Plan 2008-2012, puisse aujourd’hui bénéficier aux personnes atteintes par d’autres maladies neurodégénératives. En effet, notre Association considère que toute perte d’autonomie consécutive à l’apparition d’une maladie neurodégénérative doit être accompagnée et traitée de façon équitable et que, pour ce faire, des dispositifs doivent être déployés et rendus accessibles à tous ceux qui en ont besoin. C’est pourquoi France Alzheimer et maladies apparentées s’est toujours montrée favorable à l’élargissement du Plan. France Alzheimer et maladies apparentées se réjouit donc qu’un nouveau plan de santé publique pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer voit enfin le jour et mette ainsi fin à un parcours interminable pour les familles.

Néanmoins, France Alzheimer et maladies apparentées, suivie par d’autres acteurs, n’a eu de cesse depuis deux ans de poser comme conditions sine qua non à la réussite de ce nouveau Plan élargi, deux éléments essentiels : la définition d’un périmètre clair et définitif et la prise en compte spécifique et particulière de chacune des pathologies concernées.

Au regard des annonces faites par le Gouvernement aujourd’hui, il semble que ces revendications n’aient malheureusement pas été entendues.

La volonté de France Alzheimer et maladies apparentées n’est pas, loin s’en faut, d’exclure telle ou telle maladie et lui refuser le bénéfice des mesures et dispositifs mis en place dans le cadre du Plan, mais au contraire de tout mettre en œuvre pour que le Plan soit une réussite pour tous et profite au plus grand nombre. Ce n’est qu’au prix d’une clarification des conditions de départ, périmètre avant tout, que nous y parviendrons.

Si France Alzheimer et maladies apparentées se réjouit que le Plan profite ainsi à d’autres maladies neurodégénératives, elle regrette pourtant qu’il apporte aussi peu d’avancées pour les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer.

En effet, le nouveau Plan semble davantage être une simple extension des mesures prévues par le Plan Alzheimer 2008-2012 aux personnes atteintes par d’autres pathologies, qu’un plan de nouvelles actions concrètes en faveur des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer

Si l’on peut comprendre les contraintes de temps du Gouvernement et le délai nécessaire à l’élaboration de toute politique publique, il n’en reste pas moins que les familles ont dû, pendant ces deux années marquées par l’absence de mesures effectives, continué à faire face au quotidien de la vie avec la maladie. Elles attendent donc aujourd’hui une mise en application rapide de mesures concrètes.

Au vu de la teneur du futur Plan, notre Association ne pourra malheureusement pas leur annoncer ce qu’elles espèrent et attendent. Le document présenté aujourd’hui, fait de 96 mesures, ou disons plutôt de 96 déclarations d’intention, s’apparentent plus à un catalogue de besoins et d’hypothétiques solutions qu’à un véritable plan d’action, rationalisé et réalisable.

« Développer la communication », « mieux former les professionnels », « favoriser la diffusion des bonnes pratiques »…qui pourrait s’y opposer ?! Mais comment atteindre ces objectifs ? Comment les rendre effectifs ? Quelles sont les priorités ? Autant de questions auxquelles aujourd’hui le Gouvernement n’a pas encore répondu .

Certes, les modalités de cadrage seront sans doute définies par la suite, mais c’est aujourd’hui qu’il faut agir, c’est aujourd’hui qu’il faut mettre en œuvre, c’est aujourd’hui qu’il faut concrétiser. Le Gouvernement a eu deux ans pour le faire et cela n’a vraisemblablement pas suffit…

96 mesures pour 470 millions d’euros sur 5 ans.

Le Plan 2008-2012 avait bénéficié d’une enveloppe de financement de 1,6 milliard d’euros sur 5 ans alors qu’il ne contenait « que » 44 mesures. Depuis deux ans, France Alzheimer et maladies apparentées n’a eu de cesse de demander que le financement du nouveau Plan soit à la hauteur de l’élargissement, c’est-à-dire adapté et suffisant. Là encore, les attentes sont vaines, les espoirs déçus et les questions nombreuses : comment faire plus avec moins de moyens ? Comment combler un tant soit peu les besoins avec une enveloppe si contrainte ?

France Alzheimer et maladies apparentées, loin d’être détachée des réalités économiques, a parfaitement conscience des difficultés du contexte actuel et des contraintes budgétaires omniprésentes. Mais la question est simple et l’équation impossible. Comment faire plus avec moins de moyens ?


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

30 juin 2016 - ATTENTION ! L’association déménage !

ATTENTION !
L’association France Alzheimer 49 déménage !
A partir du 2 AOÛT 2016, l’association (...)

8 septembre 2012 - PERMANENCE FA49 au CHU

FRANCE ALZHEIMER 49 assure une permanence tous les lundis matins (9h30-12h30) à la suite de la (...)